Jeûner est-il bénéfique en cas de cancer ?

Non, aucune étude rigoureuse ne permet d’affirmer que le jeûne apporte un bénéfice pour les personnes atteintes de cancer pendant leur traitement. Au contraire, il est bien établi que sa pratique comporte de véritables risques pour les patients.

Assiette vide avec couverts
Assiette vide avec couverts

L’origine de l’infox

Le jeûne*, un gage de forme, de bien-être et de santé ? Inspirée des pratiques ancestrales à dimension spirituelle ou religieuse, cette croyance connaît aujourd’hui un regain de popularité. Pour les promoteurs du jeûne il permettrait, chez les personnes atteintes de cancer, de rendre les traitements plus efficaces, voire de les remplacer et d’augmenter les chances de guérison. Ils considèrent en effet que les cellules saines auraient la capacité de survivre à la privation d’énergie apportée par l’alimentation, les cellules cancéreuses non. Avec le jeûne, on pourrait « affamer la tumeur » : une idée séduisante par sa simplicité mais qui n’a aucune démonstration scientifique.

* Le jeûne est ici défini comme l’arrêt complet de l’alimentation sans restriction de l’apport en eau, pendant quelques heures à plusieurs jours. Lorsqu’il y une restriction partielle et non totale de la prise alimentaire, on parle d’un régime restrictif calorique, protéique ou glucidique.

Pourquoi est-ce une infox ?

En 2017, le réseau NACRe*1, avec le soutien de l’Institut national du cancer, a analysé toutes les études sur l’effet du jeûne ou de la restriction alimentaire sur le cancer. Il a constaté que la plupart d’entre elles ont été réalisées chez la souris et ne sont pas transposables chez l’Homme. Leurs résultats varient de l’effet favorable jusqu’à l’effet néfaste, en passant par l’absence d’effet.

Quant aux 15 études sur l’Homme disponibles, la majorité concerne moins de 20 patients et ne suit pas les exigences scientifiques de base pour faire des comparaisons et tirer des conclusions.

Une étude récente publiée en juin 2020 avançait également que le jeûne renforcerait l’efficacité de la chimiothérapie dans le cancer du sein2. Là encore, en raison de sa faiblesse méthodologique, les experts affirment que cette nouvelle étude ne permet pas plus d’affirmer un quelconque bénéfice de cette pratique pour les patients atteints de cancer.

Il n’existe donc aucune preuve scientifique d’un effet bénéfique du jeûne sur l’efficacité des traitements anticancéreux ou sur le pronostic du cancer.

* Réseau National Alimentation Cancer Recherche

Pourquoi cette infox est-elle dangereuse ?

Chez une personne atteinte de cancer, l’amaigrissement et la dénutrition peuvent fragiliser l’organisme et les défenses immunitaires, réduire l’efficacité des traitements, exposer à des complications et même provoquer le décès3. L’alimentation est d’ailleurs un élément étroitement surveillé par les équipes soignantes pour combattre la perte de poids et de masse musculaire des malades4. Il n’y a donc aucun bénéfice à pratiquer le jeûne pour un patient. En revanche, les risques pour leur santé sont bien réels et largement reconnus1.

La recommandation fondée sur les preuves scientifiques

Il est vivement déconseillé par les experts, en l’état actuel des connaissances, de pratiquer le jeûne au cours d’un traitement contre le cancer1. C’est prendre un risque important pour sa santé.

À retenir

Le jeûne n’apporte pas de bénéfices prouvés sur le cancer et ses traitements et peut être dangereux pour les patients. Une personne atteinte de cancer et souhaitant absolument pratiquer le jeûne doit toujours en discuter avec son équipe soignante, qui la conseillera en fonction de sa situation particulière.

Sources
1  Institut national du cancer /Réseau NACRe : Jeûne, régimes restrictifs et cancer, état des lieux et connaissances, novembre 2017.
2  de Groot, S., Lugtenberg, R.T., Cohen, D. et al. Fasting mimicking diet as an adjunct to neoadjuvant chemotherapy for breast cancer in the multicentre randomized phase 2 DIRECT trial. Nat Commun 11, 3083 (2020).
3  Institut national du cancer/NACRe : Impact des facteurs nutritionnels pendant et après cancer, septembre 2020.
4  Réseau NACRe : Prévenir la dénutrition au cours du cancer et son traitement, MAJ 05/04/2016 : https://www6.inrae.fr/nacre/Pendant-le-cancer/Prevenir-la-denutrition-au-cours-du-cancer-et-son-traitement.

Je souhaite être alerté par mail dès qu’une nouvelle infox est publiée

Soumettre une infox

Sélectionner le thème
0 / 500